La cause de vos douleurs

Suis-je en bonne santé ? Ces douleurs sont-elles passagères ? Et Cette bosse sur mon pied… je n’ai pas la même de l’autre côté ! On s’est déjà tous posé cette question et vous vous reconnaissez probablement dans cette situation !

Cette démarche est tout à fait logique, rassurez-vous ! Si vous avez des douleurs quelque part, il faut trouver la cause première pour vous soigner au mieux. Par contre si vous n’avez pas mal mais que vous constatez quelque chose de bizarre, peut-être faut-il traiter ce problème avant que cela ne devienne problématique. C’est la bonne attitude 😉

Heureusement, les médecins sont généralement là pour répondre à nos questions. Et parfois afin d’affiner leur diagnostic, ils ont recours à un examen d’imagerie : radio, scanner, IRM… Et de temps en temps, il est possible qu’à la réception des résultats de l’examen, le médecin vous annonce : Il y a « quelque chose d’anormal » à l’image, il va falloir y faire attention !

Faire attention ? A quoi exactement ? Comment ? Que signifie anormal dans ce contexte ? et cette image anormale montre-t-elle bien la source de mes douleurs ?

hernie discale lombaire (IRM)

Dans une revue de littérature qui s’intitule « Systematic Littérature Review of imagining features of Spinal dégénérations in asymptomatic populations » (« revue de littérature des imageries médicales pathologiques de la colonne vertébrale chez des patients non douloureux ») un chercheur qui répond au doux nom de Brinjiki nous fournit des informations très intéressantes.

Avec son équipe ils ont cherché à savoir si des patients qui ne ressentent pas de douleurs présentent une colonne vertébrale en bon état. Cela peut sembler surprenant mais les résultats sont plutôt incroyables !

Avant tout, qu’est ce qu’une revue de littérature ? C’est en quelque sorte la mise en commun des résultats de plusieurs études. Cette collecte de résultats est généralement fiable car elle se réalisée sur de longue période, selon diverses modalités et avec un large échantillon de population (ici, on a plus de 3.000 patients).

Qu’ont-ils observé ?

Le tableau suivant présente leurs observations. Dans la rangée du dessus (en gras), les patients sont classés selon leur âge. Dans la colonne verticale, on trouve différentes pathologies (expliquées plus loin dans le texte). Tandis que les autres chiffres sont les pourcentages de la population qui présentent pourtant une anomalie à l’image, alors qu’ils n’ont pas de douleurs.

Age
observations pathologiques20a30a40a50a60a70a80a
aspect dégénératif (bulge)30%40%50%60%69%77%84%
protrusion discale29%31%33%36%38%40%43%
fissure dans l’anneau19%20%22%23%25%27%29%
dégénérescence facetaire4%9%18%32%50%69%83%
spondylolisthesis3%5%8%14%23%35%50%

Les lésions : explications

Bien que ce ne soit pas LE point important de cet article, voici une brève explications des lésions mentionnées dans le tableau, tantôt sous forme d’image, tantôt sous forme de texte.

Les différentes lésions reprises dans le tableau sont ici sous forme de schéma.

Non présenté sur le schéma :

  • La dégénérescence facettaire correspond à de l’arthrose au niveau des articulations entre 2 vertèbres.
  • Le spondylolisthésis correspond au glissement d’une vertèbre par rapport à la sous jacente.

Que nous révèlent ces chiffres ?

Illustrons les conclusions par quelques exemples :

  • Si vous avez 20 ans et que vous n’avez pas de douleurs au dos, il y a quasi 1 chance sur 3 pour que vous présentiez une protrusion discale, autrement dit que le disque sorte de son emplacement normal.
  • Si vous avez 60 ans et aucune douleur, vous avez 6 chances sur 10 d’avoir un disque « boursouflé/bombé ».
  • A 50 ans et sans douleurs, vous avez 1 chance sur 3 d’avoir de l’arthrose au niveau de certaines articulations vertébrales. A 60 ans, c’est une chance sur 2 si vous n’avez pas de douleurs.

Le lien entre les douleurs et l’image

Ce lien est évidement à remettre en cause, et c’est vraiment (vraiment vraiment) une excellente nouvelle ! Il y a énormément de gens qui présentent des « anomalies » à l’image, mais qui vont en réalité très bien, et qui n’ont aucune douleur.

Et plus le temps passe, plus l’anomalie/blessure/lésion présente sur l’image devient la norme ! A 80 ans, 84% de la population non douloureuse présente une lésion (dégénérescence facettaire) ! Il y a donc plus de gens « blessé sur l’image » que de gens en pleine santé même en ne tenant compte que de gens qui vont bien !!

Implications pratiques pour tous

Donc, si vous avez un épisode douloureux au cours de votre vie et qu’un scanner ou une radiographie montre une lésion, rien n’indique un lien de cause à effet. Cette lésion n’est pas forcément la cause de votre douleur. Si cette lésion n’est pas la cause, alors cette douleur va probablement pouvoir se régler. Il faut donc mettre toutes les chances de notre côté et adopter une attitude de gagnant :

  • il faut adopter un esprit positif +++ (ça va aller, je vais/veux aller mieux)
  • Sortez vous de la tête la phrase toute faite : « c’est de l’arthrose, on ne sait rien faire »
  • Envisagez de vous remettre modérément en mouvement pour entretenir la force et la mobilité
  • Pensez à consulter votre médecin
  • Entamez un traitement kiné si le médecin le recommande
  • Prenez un avis ostéo (parce que des avis de thérapeutes différents est toujours bon)
  • Une fois que ça va mieux, renforcez, assouplissez et stabilisez tout (des pieds à la nuque). Pour les conseils de reprise, c’est par ici.

Il y a une démarche active à réaliser et les pistes à explorer sont nombreuses. Ce n’est pas simple mais la prise d’antidouleur a long terme n’est pas une solution envisageable en premier lieu. Il faut vouloir aller mieux et faire les efforts nécessaires. La santé, ça se mérite.

N’hésitez pas à partager si cet article vous a plu et abonnez vous à MED SPORT sur votre réseau social préféré :  Facebook – Youtube – Instagram

Pas assez de Med Sport ? L’eBook « Gérer la lombalgie par le mouvement » est téléchargeable gratuitement en suivant ce lien Med-sport. C’est le point de départ de la fameuse attitude de winner 😉

2 commentaires sur « La cause de vos douleurs »

  • Dans tout les cas, avant de venir te consulter et suivre la thérapie Kine préconisée par mon Médecin, je ne dormais pas plus de 3 heures car la douleur me réveillait, pareille pour rester assise, après 1 heure, je devais me lever. Après ta thérapie ou les manipulations que tu as réalisé en traitement Kine, je me porte très bien, je dors et je peux rester assise. En suivant tes exercices j’ai gagné en mobilité, je suis bloquée de moins en moins souvent.
    Donc, oui, ça marche et sans prendre des médocs.
    The Move-Concept, c’est une réalité,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Facebook
Facebook
YouTube
Instagram