Rééducation Vs work out.

Quel est le sujet de prédilection de ce blog ? On est en droit de se poser la question : de quoi parle t-on exactement sur Med-sport ? Tantôt on aborde l’aspect rééducation / prévention, tantôt on parle de sport. On pourrait facilement s’y perdre. Et pourtant…

Si l’on creuse au sein de ses 2 arts, il est intéressant de constater que les 2 disciplines sont très similaires. Pourtant, il y a un leader et un suiveur. Actuellement, le secteur de la rééducation a un réel intérêt à s’inspirer du monde sportif. Vous l’avez bien compris, le monde du sport est en avance sur le milieu médical.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il génère bien plus d’argent ! La puissance financière de l’industrie du sport permet d’entreprendre plus de recherches et donc d’obtenir plus d’avancées techniques et technologiques, de mieux comprendre la physiologie humaine et donc le mode de fonctionnement de notre corps.

Si Cristiano marque des goals, si Djoko frappe fort et juste ou si Usain court de plus en plus vite, c’est bien plus lucratif que de soigner l’entorse du citoyen lambda. Triste réalité, mais utilisons ce que le fantastique monde du sport nous apporte.

Usain Bolt à l’entrainement avec electrostimulation corps entier.
https://www.miha-bodytec.com/fr/

Rassurez-vous, ce cas n’est pas unique. A l’heure actuelle, le traitement de certaines tumeurs cancéreuses n’est possible que grâce à la précision extrême de robots sur lesquels sont fixé les appareils de radiothérapie (= accélérateurs). Les rayons émis sont projetés de façon très localisées sur les tumeurs ou les métastases, limitant ainsi les effets secondaires. La technologie de ces robots de haute précision est issue de l’industrie… automobile !

Mais revenons à nos moutons… rééducation Vs work out, concrètement, ça donne quoi ?

Surcharge progressive.

C’est probablement le point commun aux 2 activités le plus important. La surcharge progressive est un principe de base selon lequel il faut augmenter le stress articulaire et musculaire en augmentant la charge de travail (poids et/ou nombre dé répétition). Cette surcharge doit être lente et progressive car le corps a besoin de temps pour s’adapter. Il faut être patient ! En rééducation comme en sport, il n’y a pas d’ascenseur, tout le monde prend l’escalier.

Photograph: Jean Alan Houghton/REX/Shutterstock

Step by step comme le chantait Whitney Houston 😀

Respect de la technique / précision du geste.

analyse vidéo technique de nage

La rééducation a pour objectif de récupérer les gestes du quotidien, ainsi que de pouvoir reprendre les activités professionnelles ou de loisirs. En sport, c’est maîtriser le geste sportif parfait qui compte. Pourquoi cet aspect est-il si important ?

Non seulement, le geste correct va vous prémunir de toute blessure (plus d’info ici sur les lésions du sportif), mais en plus l’efficacité du geste va améliorer la performance. Cette notion de performance est tout aussi importante dans la vie que dans le sport. Après une blessure, une activité basique comme monter des escaliers peut être épuisante ou douloureuse si le geste est mal réalisé. Cela entache forcément la qualité de vie.

Amélioration de la force.

Voilà une qualité athlétique qui prime dans de nombreux sports. L’explication de son intérêt lors d’une performance de haut niveau parait un peu superflue.

En rééducation, il est fréquent qu’une période d’immobilisation survienne après une opération ou une blessure. Un muscle qui ne travaille pas s’atrophie et perd très rapidement de la force. Les premiers signe d’atrophie surviennent après seulement 3 jours d’immobilisation. Il est donc nécessaire pour un patient en rééducation de s’entrainer afin de récupérer un niveau de force l’autorisant à réaliser ses activités quotidiennes.

Amélioration de la résistance.

Comme pour la force, les qualités de résistance sont extrêmement importantes dans les 2 domaines. Quand on voit un coureur « craquer » en fin de course, on comprend pourquoi la résistance est importante.

Dans la vie de tous les jours, un effort doit aussi pouvoir être maintenu un certains temps. Même si l’intensité de l’effort est moindre, les activités du quotidiens demandent parfois un peu d’huile de coude. Certains travaux ménagés, par exemple exigent un minimum de résistance car on sait que cela ne sera pas réglé en 5 minutes.

Et bien d’autres qualités athlétiques.

Le même type de raisonnement peut être tenu pour de très nombreuses qualités athlétiques. Il en est donc de même pour la souplesse, l’agilité, l’explosivité, l’équilibre.

Les principes et objectifs de l’entrainement et de la rééducation sont donc globalement identiques. La différence entre le patient et le sportif réside presqu’exclusivement dans leur niveau de départ respectif. Sur le schéma suivant, le vert représente un niveau de performance très faible tandis que la zone rouge est un niveau de condition physique maximal. Le patient en rééducation démarre sa remise en condition dans la zone verte, alors que le sportif reprend le début de sa saison sportive en zone orangée.

niveau de départ en sport et en rééducation

Donc je peux faire ma rééducation en salle de sport ?

Et bien, pas tout à fait. Outre le fait que le kiné va apporter toute une série d’actes thérapeutiques manuels et des techniques de physiothérapie que « la salle » ne pourra fournir, il subsiste une différence majeure.

Contrairement au sportif, le patient va devoir gérer l’aspect douloureux qui est souvent présent. La gestion des temps de repos entre les séances devra être adaptée à cette situation de pathologie. Outre les douleurs musculaires « normales » (=courbatures) après un entrainement, le patient doit gérer ses douleurs inflammatoires. Dans cette situation particulière, l’accompagnement d’un professionnel de la santé sera rassurant et permettra une adaptation quotidienne du contenu de chaque séance en fonction de l’état du patient. L’adaptation quotidienne du traitement est un véritable processus d’optimisation du la guérison.

Etant donné le nombre de point commun entre les deux disciplines, il est logique qu’un centre de rééducation se présente avec des appareils digne d’un centre de fitness. Encore une fois l’aspect financier intervient et il n’est pas toujours simple pour un thérapeute d’investir les mêmes montants qu’un centre sportif dont le volume de client génère des revenus bien plus conséquents.

Alors salle de sport ou centre de fitness ?? 😉

centre kin&sport
http://www.kine-sport.be/index.html

N’hésitez pas à partager si cet article vous a plu et pensez à vous abonner à MED SPORT que vous retrouvez sur Facebook, sur Youtube ou encore Instagram.

Pas assez de Med Sport ? L’eBook « Gérer la lombalgie par le mouvement » est téléchargeable gratuitement en suivant ce lien Med-sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Facebook
Facebook
YouTube
Instagram